Nos premiers coups de cœur 2021 !

boite-ecritureMilorad Pavic, La Boîte à écriture, éd. Le Nouvel Attila, 24€

Un livre-objet fascinant, et ses récits à tiroirs sont juste sublimes !

Sophie

.

.

.

.

tiger

Eric Richer, Tiger, éd. L’Ogre, 20€

Premier coup de cœur d’Olivier de cette rentrée, un roman fou, noir, violent.
Un russe perdu à la recherche de l’amour, une chamane vengeresse, une femme qui sauve des gosses des mains proxénètes, un univers sale, halluciné. Ça m’a fait comme un gros coup de poing au ralenti.

Coup de cœur d’Olivier

.

.

a-lautre-bout-de-la-merGiulio Cavalli, À l’autre bout de la mer, éd. L’Observatoire, 20€

Lorsqu’en, revenant de la pêche, Giovanni Ventimiglia sort un cadavre de la mer, il ne se doute pas que ce n’est que le début d’une longue série qui va pourrir la vie de la petite ville tranquille de DM. Comment chacun et tous ensemble vont-ils s’organiser pour préserver leur quotidien et ne pas se laisser troubler par cette vague macabre ?
Un roman cynique et trouble, fascinant !

Coup de cœur de Sophie.

 

 

verrerie

Mènis Koumandarèas, La Verrerie,
éd. Quidam, 16€

Ce texte doucement génial traverse la vie de Bèba, jeune idéaliste qui a repris la verrerie de son père à Athènes. Flanqué d’un mari dépressif, et de deux acolytes naïfs et sentimentaux, elle mène sa barque au milieu des factures, des déboires et de ses ambitions. Histoire d’un désastre économique annoncé, observation fine de la transformation économique des années 1970, fresque sociale du désabusement, ou encore réflexion discrète sur la folie, ce roman court et percutant, sans pathos ni longueur, réussit brillamment à nous transmettre l’essence et le sel d’une vie vécue, d’une vie où les larmes prennent souvent le pas sur le rire.

Martin

 

encabaneeGabrielle Filteau-Chiba, Encabanée, éd. Le Mot et le reste, 13€

Le court mais intense récit d’une jeune femme exilée volontaire au fond des forêts du Québec ! Il y fait froid, très froid et tout blanc, mais c’est un retour à l’essentiel qui réchauffe le cœur.

Sophie

 

 

 

oiseau-moqueurWalter Tevis, L’oiseau moqueur, éd. Gallmeister, 10,40€

 

Olivier

 

 

 

 

le-silence-des-carpesJérôme Bonnetto, Le silence des carpes, éd. Inculte, 18,90€

La femme et le robinet de cuisine de Paul Solveig fuient. Lorsqu’elle lui annonce qu’elle veut faire « un break », mais qu’elle passe quand même ses journées chez lui, et qu’il retrouve par hasard une vieille photographie de la mère disparue de son plombier tchèque, Paul va jouer sa vie sur un coup de dés ! Et ceux-ci l’envoient en Moravie…

Un roman subtil, au ton doux-amer, parfois burlesque et complètement décalé !

Sophie

 

 

funambule

Guy Boley, Funambule majuscule, éd. Grasset, 6,50€

Olivier&Sophie

 

 

 

 

 

borgo-vecchio

Giosuè Calaciura, Borgo Vecchio, éd Folio, 6,90€.

Olivier

 

 

 

 

 

 

lhomme-le-plus-flippe-du-monde-2Théo Grosjean, L’homme le plus flippé du monde. T2. éd Shampoing, 15,50 euros.

Phase 2 pour l’Homme le plus flippé du monde ! Après avoir exposé quelques-unes de ses pires psychoses, il est temps de s’attaquer au coeur du problème. Fouilles dans le passé, révélations cathartiques sur son histoire familiale, écoutes intensives de musiques stimulantes ou même kinésithérapie… les techniques ne manquent pas !

Sophie

 

 

zhinu

Pog & Stéphanie Léon, Zhinü, éd Little urban, 14,50.

Olivier

Nos coups de cœur de la rentrée 2020

9782381960081_1_75Lucy Maud Montgomery, Anne de Green Gables, éd. Monsieur Toussaint Louverture, 16,5€

Espiègle et lumineux, un grand classique de la littérature canadienne qui ravira toute la famille !

La jeune Anne a trois énormes défauts : elle est rousse, elle est plus bavarde qu’une pie et elle n’est pas un garçon. Ce n’est pas du tout ce que les propriétaires du domaine de Green Gables avaient commandé à l’orphelinat… mais il faudrait être sans cœur pour renvoyer cette petite abandonnée de tous.

Une fable intemporelle et délicieuse, magnifiquement retraduite et rééditée par les éditions Monsieur Toussaint Louverture. Merci à eux !

Coup de cœur de Sophie !

 

9782364684508_1_75

Deborah Levy, Ce que je veux pas savoir, éd. du sous-sol, 16,5€

« Si je croyais que je ne pensais pas au passé, le passé, lui, pensait à moi. »

J’ai ri, j’ai eu le cœur serré, j’ai été bousculé, et j’ai aimé cet essai autobiographique de Deborah Levy, écrit comme une réponse au « Pourquoi j’écris » de George Orwell. Une enfance sud-africaine, une adolescence anglaise, et une voix de femme en exil qui doit parler plus fort pour se faire entendre sans forcément savoir ce qu’elle veut dire.
Martin

Une formidable découverte ! Je ne connaissais pas Deborah Levy et je viens de finir « Ce que je ne veux pas savoir », publié par les Editions du sous-sol. Un petit livre remarquable sur les raisons d’écrire, sur son enfance en Afrique du Sud, sur ces petits riens qui permettent de continuer d’avancer, sur une perruche qui se prénomme Billy Boy, sur comment il faut tirer très fort parfois sur le col de la chemise de cette vie pour écrire sur elle. Une petite merveille dont je vais vous rabâcher les oreilles longtemps.
Olivier

Vos 3 libraires ont aimé !

 

Le lièvre d'Amérique Mireille Gagné, Le lièvre d’Amérique, éd. La Peuplade, 18,00€

Mireille Gagné nous offre un texte absolument fascinant avec ce Lièvre d’Amérique. Suite à une opération un peu mystérieuse, le corps de Diane l’égare entre insomnie, angoisses et performances physiques, alors que resurgissent les souvenirs de rencontres adolescentes sur une île hostile du Québec. Et au milieu de tout ça, vous découvrirez plein de choses utiles sur les lièvres ! 

Un texte incroyable édité par nos amis de la Peuplade !

Sophie

 

BettyTiffany McDaniel, Betty, éd. Gallmeister, 26,40 euros

C’est l’histoire de Betty, de son père (dieu quel homme !), de sa famille, c’est l’histoire d’une Amérique violente et raciste. C’est une histoire incroyable et c’est surtout l’un des meilleurs livres de la rentrée littéraire 2020.

Olivier

 

 

 

 

Les orageuses

Marcia Burnier, Les Orageuses, éd. Cambourakis, 15,00€

Un récit de tripes, urgent, d’espoir et de haine. Une voix impérieuse, vive, brute, avec des personnages de chair brûlante, blessée, vivante. Un livre qui crame toutes les souffrances et les aberrations de la culture du viol.

Martin

 

 

 

 

Cinq dans tes yeux

Hadrien Bels, Cinq dans tes yeux, éd. L’iconoclaste, 18,00€

Une bande de potes dans le Panier d’antan à Marseille, avant les touristes et la gentrification. Leurs rêves, leurs conneries, leurs emmerdes, et cette condition humaine bancale qui colle aux tripes. Un récit de sueur et de larmes qui s’évaporent dans les rires et les joints partagés. Un premier roman éclatant, juste et révélateur d’une jeunesse déboussolée.

Martin

 

 

 

La femme intérieureHelen Philips, La femme intérieure, éd. Cherche Midi, 22,00€

Un huis-clos familial déroutant, avec une intrigue sensationnelle, et un portrait cru des joies et peines de la maternité. Parfois trop sophistiqué, mais toujours haletant, dans le courant de conscience de la narratrice.

Martin

 

 

 

 

L'heure des spécialistesBarbara Zoeke, L’Heure des spécialistes, éd. Belfond, 22,00€

« Le plus grand ennemi de la vérité, ce n’est pas le mensonge, c’est la conviction. » (Nietzsche)

Un roman intime au sein de la grande Histoire. Très maîtrisé, mélancolique, poétique. La résistance de l’âme devant l’horreur absolue. Il y a du Thomas Mann dans cette histoire. J’en ai pleuré à la fin. Ce livre est magnifique et terriblement douloureux. Insoutenable à certains moments, tant il évoque avec cette histoire personnelle l’indicible de l’Holocauste. Dur, très dur. Traduction exemplaire, sources historiques irréprochables. Un grand livre-témoignage. Une blessure qui ne se referme pas.

Martin

 

 

Poison florilegiumAnnalena McAfee, Poison Florilegium, éd. Belfond, 21,00€


Un thriller artistique à la mécanique implacable. Une sensualité, une passion et un cynisme qui nous rappellent les grandeurs et vicissitudes de l’art et des artistes. Un portrait sans complaisance de l’aisance bourgeoise et de son matérialisme frivole et ennuyeux. Que reste-t-il de l’artiste sinon son oeuvre, sinon sa mort ? Un roman déroutant et génial, bourré de clins d’œils artistiques et culturels, d’une grande intelligence et sensibilité, et d’une cruauté entièrement contemporaine envers ses personnages.

Martin

 

 

 

Macronique ; les choses qui n'existent pas existent quand mêmeEmilie Notéris, Macronique : les choses qui n’existent pas existent quand même, éd. Cambourakis, 10,00€

Une écriture acide et brève, un relevé d’une neutralité cynique, sans emphase, des violences policières croissantes en France ces dernières années. Une piqûre de rappel douloureuse, violente et nécessaire.

 

 

 

 

 

 

HéritageMiguel Bonnefoy, Héritage, éd. Rivages, 19,50 euros

Un récit transcontinental et intergénérationnel, emprunt de magie, de poésie et de drame. Un voyage onirique du sud au nord du Chili.

Martin

 

 

 

 

 

 

Littérature 2020


les-saisons

Maurice Pons, Les saisons, éd. Christian Bourgois, 7,50€

Voici l’un de mes livres cultes !

L’histoire folle et dérangeante de Simon le voyageur. D’un village à deux saisons, de villageois plus fous les uns que les autres. Incontestablement un grand livre.

Serez-vous capable de passer l’hiver de gel bleu dans ce village ?

Olivier


anne-laure-bondoux-laube-sera-grandioseAnne-Laure Bondoux, L’Aube sera grandiose, éd. folio, 6,7€

Sans explications, Tatiania embarque sa fille Nine vers une destination inconnue, une cabane isolée au bord d’un lac. Ce que Nine ne sait pas encore, c’est que sa mère s’apprête à lui dévoiler un passé soigneusement caché. Qui sont Octo, Orion et Rose-Aimée, dont les photos ornent les murs de cette mystérieuse cabane ? Pourquoi Tatiana a-t-elle attendu cette soirée pour briser le secret de ses origines ? Commence alors une nuit entière de révélations. Flashbacks dans les années 70, 80 et 90, souvenirs souvent drôles, parfois tragiques, personnages flamboyants… Nine découvre un incroyable roman familial. Quand l’aube se lèvera sur le lac, plus rien ne sera comme avant.
Un de ces romans qu’on ne peut lâcher et dont les personnages nous habitent longtemps !

Sophie


dark-was-the-nightGrégoire Hervier, Dark was the night, éd. Au diable Vauvert, 7€

S’il y a bien une chose qui m’a manqué dans mon confinement dans ma vieille baraque à la campagne, c’est la musique. Pas de radio, pas d’enceinte, pas mieux qu’un peu de 3G en terme d’internet… alors un grand merci à Grégoire Hervier pour ce petit récit autour de la mystérieuse 30e chanson de Robert Johnson ! Quand on lit ces pages, c’est comme écouter ces vieux blues fabuleux en direct.

Sophie


le-plongeurStéphane Larue, Le plongeur, éd. Points, 8,30€

Notre héros, addict aux machines à sous et endetté jusqu’au cou, accepte le boulot de plongeur dans un grand restaurant.
Je dois avoir quelque chose avec le Canada en ce moment, mais avec ce livre là je suis en amour total. Ce type et moi, on se connaît bien. Cet Arturo Bandini contemporain c’est un chum avec qui j’ai déjà passé beaucoup de soirées à essayer de sortir de la marde dans laquelle nous étions. Je ne lis pas, je rentre en hypnose, j’y suis dans sa cuisine, dans ce bar où tous se réunissent après le service, j’y suis devant cette fucking machine à sous. Camarades, “Le plongeur” est un grand livre et Stéphane Larue, la prochaine tournée est pour moi.

Olivier&Sophie


tenebrePaul Kawczak, Ténèbre, éd. La Peuplade, 19€

« Tu me découpes et je t’ai toujours aimé. »

Certainement l’un des meilleurs livres de ces cinq dernières années.

Olivier

trubertDouin de Lavesne, Trubert, éd. Lurlure, 18€

Poème inclassable écrit à la fin du XIIIe siècle, « Trubert » est une fable savoureusement drôle qui se déguste d’une traite. La méchanceté de notre héros semble si naïve et gratuite qu’elle en devient une forme d’art lorsqu’elle s’exerce contre les puissants de son temps.
A lire sans modération pour se bidonner aux frais du duc et de la duchesse !

Sophie


le-bon-coupableArmel Job, Le bon coupable, éd. de la Belle Etoile, 8,90€

Le village de La Malemaison est le théâtre d’un effroyable accident, sans témoins, à une heure où seules deux voitures semblent l’avoir traversé. Les trajectoires des deux conducteurs, que tout oppose, vont alors se croiser et rencontrer celles des habitants et de la famille de la victime.
Armel Job nous propose une plongée dans l’âme et dans le coeur de tous ceux qui, à leur manière, ont participé à ce drame. Dans un récit passionnant et déconcertant, dénué de mélodrame, « Le bon coupable » est tout simplement une histoire de gens ordinaires confrontés à leurs démons.

Sophie


kate-chopin-une-femme-respectableKate Chopin, Une Femme respectable, éd. de la Bellle Etoile, 13,50€

Ce recueil réunit les plus belles nouvelles de Kate Chopin et un poème. Intemporelle et dans une écriture d’une beauté subtile, Kate Chopin met souvent en scène des femmes qui aspirent à exister comme individu, à exprimer leurs désirs et trouver une reconnaissance sociale, à braver les limites. Ces nouvelles se lisent lentement, comme on déguste une gourmandise ou on admire un tableau… et se relisent.
A découvrir !
Sophie

une-republique-lumineuseAndré Barba, Une république lumineuse, éd. Christian Bourgois, 18€

A San Cristobal, en 1993, une bande d’enfants venue de nulle part envahit la ville. Très vite, la situation va dégénérer. D’où viennent ces enfants, qui sont-ils et que sont-ils devenus dans cette jungle qui semble les avoir avalés ?

Un roman dérangeant et furieusement intelligent qui bouleverse nos idées préconçues sur l’enfance.

Olivier


 

les-grands-cerfsClaudie Hunzinger, Les Grands cerfs, éd. Grasset, 17 €

Sans qu’on sache ce qui est autobiographique ou ce qui est totalement romancé, nous voilà embarqués avec Pamina et son compagnon dans une vieille ferme en bordure de forêt, un coin sauvage préservé de l’agitation humaine. Un coin de forêt que les cerfs ont choisi comme un refuge. Initiée par un photographe qui les suit et les connait comme des familiers, Pamina va se mettre à les pister, les attendre, les observer, le jour, la nuit, sous le soleil ou sous la pluie battante. Mais est-il vraiment encore possible, dans nos forêts, de rester loin des hommes, et des chasseurs ?
C’est un sublime roman plein de poésie mais aussi de sauvagerie et de rage qui nous est offert par Claudie Hunziger !

Coup de cœur de Sophie


pequenotsHarry CrewsPequenots, éd. Finitude, 23 €

Harry Crews reste l’un des mes auteurs cultes, alors lorsque Finitude sort des textes journalistiques inédits en France du maestro, vous vous doutez bien que je me suis jeté dessus. Outre que l’ouvrage est en lui-même magnifique, c’est un bonheur presque émouvant que de retrouver ce qui fait l’essence du bonhomme : cette manière si caractéristique de gratter l’os du quotidien. Crews nous raconte sa vasectomie, Charles Bronson, les forains, la bagnole, c’est tordant et tordu, ça grince et toujours ça fait mouche. Chui bien content de retrouver mon vieux pote Harry.

Olivier


jesuisfillederageJean-Laurent Del Socorro, Je suis fille de rage, éd. ActuSF, 23,9 €

La Guerre de Sécession vue par une multitude de personnages : des soldats et des civils du Nord comme du Sud, des « hommes de rien » comme ceux qui croient faire le monde, des blancs comme des noirs. Et la Guerre de Sécession a fait tant de morts qu’il est sans doute normal que la Mort traîne dans le bureau de Lincoln…
Alternant écrits de l’époques, dépêches militaires ou extraits de journaux, et pur roman historique, de batailles en combats au Sénat, « Je suis fille de rage » est avant tout un grand roman à dévorer !

Sophie

 

 


chauffer-dehorsMarie-Andrée GillChauffer le dehors, éd. La Peuplade, 15 €

« J’aurais voulu qu’on se braconne encore un peu,
que tu recouses la fourrure avec tes mitaines,
que tu me twistes le cœur correct tsé come on
remet un cadre droit ; je t’aurais montré que je sais
sourire moi avec ça moi la carcasse du mot anxiété »

J’voudrais pas en faire des tonnes mais ce recueil-là c’est comme lorsque l’on boit un soda pétillant très vite et très frais, ça finit par vous brûler la bouche et vous êtes content.

Coup de cœur d’Olivier !

 


9782896982721_1_75Stéphane Larue, Le Plongeur, éd. Le Quartanier, 22 €

Notre héros, addict aux machines à sous et endetté jusqu’au cou, accepte le boulot de plongeur dans un grand restaurant.
Je dois avoir quelque chose avec le Canada en ce moment, mais avec ce livre-là je suis en amour total. Ce type et moi, on se connaît bien. Cet Arturo Bandini contemporain c’est un chum avec qui j’ai déjà passé beaucoup de soirées à essayer de sortir de la marde dans laquelle nous étions. Je ne lis pas, je rentre en hypnose, j’y suis dans sa cuisine, dans ce bar où tous se réunissent après le service, j’y suis devant cette fucking machine à sous. Camarades Le plongeur est un grand livre.

Coup de cœur d’Olivier !


9782226442482_1_75Pat Conroy, Le Prince des marées, éd. Albin Michel, 24,9 €

Saperlipopette, ça fait combien de temps que je l’attends cette réédition ?! Un sacré bail pour sûr, et ça y est cette fois il est bien là et pour Noël en plus, bande de sacrés veinards.

L’histoire ? Tom va nous raconter toute son enfance dans le sud des États-Unis avec sa sœur et son grand frère (Luke, c’est mon personnage préféré, sans concession) entre un père violent et alcoolo et une mère complètement mytho. Glauque ? Non c’est puissant, évocateur, c’est comme si vous étiez à l’intérieur d’une tempête, avec parfois des accalmies qui sont autant d’îles à visiter (l’histoire de Tom avec la psy de sa sœur) et le bateau repart, on s’accroche très fort, on chiale parfois, on crie souvent, mais putain que c’est bon.

Je crois que vous avez compris que j’avais beaucoup, beaucoup aimé.

Olivier

Tout est dit et j’en pense exactement la même chose…
Sophie

Coup de cœur de vos deux libraires !


9782330129248_1_75Carlos Ruiz ZafonL’Ombre du vent, éd. Actes Sud, 22 €

Dans la Barcelone de l’après-guerre civile, « ville des prodiges » marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération. Il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets « enterrés dans l’âme de la ville » : L’Ombre du vent.

Je crois qu’aujourd’hui nous pourrions former un club de ceux qui ont lu « L’ombre du vent » et nous irons tous boire un verre dans un immense bar oublié.

Coup de cœur de vos deux libraires !


9782369141150_1_75Olga Tokarczuk, Sur les ossements des morts, éd. Libretto, 9,70 €

Entre roman noir, polar écologique ou fantastique, portrait sociologique d’un village reculé de Pologne, voici un roman qui m’avait marquée et intriguée. Un bonheur de voir son autrice récompensée par le Nobel !

Sophie


 

9782370552150_1_75Valérie Manteau, Le Sillon, éd. Le Tripode, 9 €

« Ce n’est pas nous qui avons inventé cette coutume, elle existe de toute éternité, depuis toujours, les oiseleurs capturent les oiseaux et les gens d’Istanbul les remettent en liberté. […] » (Yashar Kemal, cité dans Le Sillon). Une jeune femme rejoint son amant à Istanbul. Alors que la ville se défait au rythme de ses contradictions et de la violence d’État, d’aucuns luttent encore pour leur liberté. Elle-même découvre, au fil de ses errances, l’histoire de Hrant Dink, journaliste arménien de Turquie assassiné pour avoir défendu un idéal de paix.

Entre autofiction, récit journalistique et pur roman, c’est brillant et poignant.

Un énorme coup de cœur d’Olivier !